On attendait Zéphyr… ce fut Borée

J’ai souvenir d’un moment d’inculture un peu gênant : quand Minvielle est venu à Bordeaux, il a introduit sa chanson sur Éole en nous demandant si nous connaissions le nom des quatre vents. Pas une seule réponse dans la salle ! La honte totale ! Le pauvre Minvielle n’en revenait pas et nous non plus. Bon, depuis évidemment, on a comblé cette lacune quoique je ne garantisse pas la fiabilité d’une mémoire-plus-de-la-première-fraîcheur.

Alors, justement, à propos de fraîcheur, ce ouique-nd fut vraiment placé sous le signe de Borée mais, ça m’ennuie parce que ce n’est pas sa saison. C’est celle de Zéphyr. Alors, le dérèglement climatique aurait-il fait naître de nouveaux vents, non encore nommés, hybrides, la saison de Zéphyr, la froidure de Borée… Zérée, Bophyr ? 

flora.jpg

Boticelli La Primavera  (à droite en bleu Zéphyr)

Pourtant, malgré le retard certain des lilas, tout le monde était au rendez-vous : les aubépines, les coucous et la muscari, les pissenlits et leur jaune insolent … Mais le vent, ce vent glacial qui traverse toutes les couches de tissu et même la peau !

Ce vent dont même Henri Michaux se plaint : ” Ce hurlement du vent par vagues et par reprises et damnés crescendos, nous provoque… Et si encore il y avait une raison […] “  

Passages

m503604_98de17048_p.jpgS. Conca – Borée enlevant Orithyie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

Ce que je note, c’est que les vents – au moins ces deux-là – passent leur temps à enlever de jeunes filles, ce qui, même s’ils ont des ailes, est un peu cavalier. Les dites jeunes filles ne semblent pas plus effarouchées que ça, pas frileuses n’ont plus .

Bon, le vent sert à faire galoper les nuages et à transporter des milliards de petites graines. Ça décoiffe les oiseaux, ça fait rire les enfants, ça agace les grands qui ne s’entendent plus penser… Somme toute, c’est très utile !  

Dur, dur la musique… Il y avait Georges Brassens, Minvielle, les Boréades de Rameau et des quintaux d’autres. Je m’ autorise deux  chansons que j’aime beaucoup beaucoup beaucoup 

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

L’été meurtrier

Je poste aujourd'hui, 6 octobre, ce billet écrit en septembre. Il n'est plus d'actualité - à part l'avarice du ciel - mais il ne faut pas oublier trop vite. Bel automne à vous.
Lire la suite

Sur le pont du Nord

Finalement, que dit-elle cette vieille chanson ? Qu'il ne faut pas qu'une fille aille danser toute seule sinon elle perd sa ceinture dorée. Sa ceinture et le reste... Bon, le pont s'effondre, elle en meurt même si c'est son frère qui l'a emmenée. Continuez l'interprétation et cherchez l'erreur. À l'origine de ce billet, l'invraisemblable, l'incroyable, la terrifiante histoire de Cologne et d'ailleurs [...]