Aube enjambée

Poème inédit : Aube enjambée

J’enlève la nuit de mes mains.
Je l’efface de mon visage. Ablution rituelle
Comme la prière de ma nounou berbère
J’enjambe l’aube.

Mes mains lissent le jour naissant.
Mon front accueille les questions.

Il y a une fracture dans le ciel
L’instant où nos pensées font chambre à part
Quand l’incendie est circonscrit dans le théâtre des arbres.

Ailleurs, la nuit abonde.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Nuages usés

  Nuages usés Linges usés jusqu’à la transparence, effilochures grises passant très bas, les nuages, ce matin, ont…