Sonate d’automne

Le prélude n°2 de Chopin, celui que mère et fille jouent dans le film de Bergman, Sonate d’automne.

Un régal, cette saison. Tout est doux et généreux en automne.Tout s’arrondit et s’apaise, malgré les couleurs d’incendie. Et c’est comblés mais comme désenchantés que les yeux reçoivent ces excès.

On se repose d’on ne sait quoi. On n’attend plus, peut-être. Tout est arrivé. Alors on peut P1000166.JPGcontempler sans agir, se laisser vivre au sens premier des mots. Se laisser vivre par la vie, se laisser traverser par le Temps, s’abandonner enfin. On peut encore se baigner mais sans excitation, on entre dans l’eau sans vouloir déranger. On marche sans but et sans fatigue. La qualité du silence, comme celle de la lumière, est particulière : une éclatante fragilité.

Vraiment non : l’automne n’est pas que le post scriptum du soleil !

Les herbes se couvrent
d’automne
Je m’assieds
Matsuo Bashô (1644-1694)

Dans Cris et Chuchotements, il y a une merveilleuse mazurka de Chopin (op. 17 n°4) mais il y a aussi cette prière fervente, cet adieu après quoi les mots sont inutiles.

[tg_youtube width=”” height=”” video_id=”UJKByFsa8Fc”]
0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Marcher, dit-il

https://picasaweb.google.com/101208175207629787290/10Juin2012 (clic droit sur adresse puis un clic sur la video) Non, marcher n’est pas l’outil illusoire de…