Visite guidée du jardin suspendu (5ème étage)

Je me promène sur mon balcon à l’affût de taches de couleur : je trouve mais c’est maigre ! Pas de hâte : patience. Il y a des promesses partout.

Comme tout semble bizarre ces temps-ci, je ne sais si mes plantes sont atteintes elles aussi de folie.

Ma pauvre petite capucine fait ce qu’elle peut : timide et pâlichonne.  Ses feuilles trop grandes pour elle. C’est une enfant maigre, une prématurée. Mais aussi : début février ! Est-ce bien raisonnable ?

Assez modeste aussi, la pervenche. Mais de vaillantes petites pousses porteuses de bourgeons augurent très bien de la suite ! Je l’aime beaucoup : elle vient du fin fond de la campagne. Et elle semble se plaire dans sa jardinière. Je n’y croyais pas. Mais elle aussi est bleu pâle.
À croire que toute cette pluie délave les couleurs !

Et puis, cette humble : vraiment cette année, les fleurs du balcon sont timorées. Je n’ose appeler celle-ci une giroflée ! Du coup, c’est giroflette. Elle est riquiqui, pas étique (je vous épargne le jeu de mots) mais presque. D’habitude, elle embaume à des kilomètres. Là, faut s’approcher, les mains en coupe autour d’elle. Mais elle est là !

J’avais enlevé les bâches posées début janvier lorsqu’il a un peu gelé mais.. ça pince un peu.
Finalement, seules les jonquilles en page de Une font un peu les fières !
Eh bien, c’est tout. Dans le bois aux geais, les asphodèles et les cyclamens sauvages sont au taquet ! On a même entendu et vu un pinson ! Mais c’est le bois : il vit sa vie et n’est pas suspendu !
Musique : mon cher René Aubry et sa bande son de Malabar Princess : c’est chouette, non ?

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
17 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Duffy

Toute petite déjà, Duffy m’enchantait ! Je crois que c’est un bouquet d’anémones que j’ai vu en premier…

Zoom arrière

Je l’annonce solenellement : j’arrête la politique. Cela ne me réussit pas. Ne nous laissons pas prendre dans…