Lait de temps

La lecture d’un beau livre apporte le souvenir d’un texte. Pas de lien direct, une parenté : aridité et abondance.

Je suis en train de lire le magnifique livre de Erri de Luca, Impossible.(Gallimard, 2020).
Des images, des idées, des mots de montagnes le traversent. Mille autres choses, bien sûr. Sans raison flagrante, je pense à ce texte de 2016.
Image de Une et fin de billet : Léon Spilliaert

À Christophe Sanchez

Lait de temps

Les oublis me nourrissent. C’est un lait de temps, une coulée dans un fossé lisse.
Les souvenirs sont des aspérités insistantes.
Ils altèrent, ils affectent.
Défectueux points d’appui pour une ascension harassée.

De la pierre et du lait.

Attente d’une mémoire abreuvoir.
Mémoire mère – Temps père.

Chaque jour, j’arbitre leurs petits miracles.

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

L’avenir

L’avenir fait marche arrière. Nous parlons à nos poches. Ce sont des temps qui, revisités, se présentent embellis…

Aigrette

Et vient l’heure de l’aigrette, l’indolente et précautionneuse aigrette. Ce temps d’incertitude lorsque la marée tourne. Une indécision…
Lire la suite

Galet

  La mer mâche ses cailloux Les secoue et les touille Les roule et les compte Écho obstiné…