Trois

Trois frères éphémères

Trois mères effrayantes

Trois effraies charmantes

Trois rêves d’envergure

À quelques encablures

De notre présent à nous même

Il n’y a qu’un pas.

Mais c’est un pas de deux.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Nuages usés

  Nuages usés Linges usés jusqu’à la transparence, effilochures grises passant très bas, les nuages, ce matin, ont…

Bassin VII

BASSIN VII  Repli clair et rapide : bans de pépites fuyant sous l’aiguillon du jusant. Loin et très nets…
Lire la suite

Poèmes anciens

Un fantôme d'oiseau, le froid, la lointaine présence et l'humilité de Satie admirablement servies par R. de Leeuw : la saison est à la mélancolie.