Chantier des oiseaux

Au matin, on entend le chantier de tous les oiseaux, des tutoiements aigus, des ouvriers qui s’interpellent. Suspendus comme des lampions, des moineaux se chamaillent en vol.

Après le bégaiement des rêves, voici le corps des mots, dans leur muselière de poussière. Voici les grandes herbes dodelinant.

Pendant la journée, dans une peine qui s’épaissit, c’est toute la mémoire des cailloux qui durcit.

Juillet 2011

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Bassin II

Solitude de l’île   Ouatée par la brume, à peine perceptible, l’île devient une confidence. Sa solitude, en…