Kate Chopin, vous connaissez ?

Rencontre avec Kate Chopin, femme écrivain américaine

Coïncidences ? Je pensais que cette femme écrivain dont la carrière a été fracassée était une victime de plus d’une société ; le jour même, j’entends à la radio Catherine Clément (que je cite souvent) et une émission autour de l’exposition « Présumées coupables » aux Archives nationales qui montre des femmes “confrontées à leurs juges de la fin du Moyen-âge au XXème siècle autour des figures archétypales et largement fantasmées de la sorcière, l’empoisonneuse, la mère infanticide, la pétroleuse ou la femme tondue au moment de la Libération”.
J’en entends certain(e)s d’ici : ah la revoilà avec son féminisme ! Mais non, vous allez voir ! Quoique… (Et ici petite parenthèse : s
i je devais compter le nombre de découvertes littéraires que je dois aux amis… Et j’espère que l’inverse est vrai.)
Donc, un soir à Paris, discussion avec un ami. Arrive alors le nom d’un auteur et ce nom m’intéresse : Kate Chopin. J’avoue mon ignorance. De retour dans ma province, direct à la bibliothèque : veine, ils en ont deux que j’emprunte derechef. Le Sorcier de Gettysburg, série de nouvelles où se côtoient Créoles, Cajuns, Noirs et Indiens en une galerie de portraits tendres et/ou acérés. Immersion dans un monde passionnant encore marqué par la guerre de Sécession. Car notre écrivain est née en 1850 à Saint-Louis. Veuve à 32 ans, elle traduit Maupassant et écrit ses premières nouvelles qui rencontrent un joli succès.
L’œuvre qui va mener Kate Chopin au bord du désespoir, c’est L’Éveil (The Awakening) paru en 1899, roman que l’on compare souvent – à tort à mon avis – à Madame Bovary de Gustave Flaubert paru en 1854. Emma n’est pas Edna ! Car la jeune femme de Louisiane découvre certes la sensualité mais aussi et surtout un goût puissant pour la liberté et, qui sait, la créativité. Certes, les deux femmes se suicident mais les causes du geste sont radicalement différentes. Emma ne s’éveille pas. La publication du roman déchaîna une vague d’indignation qui blessa profondément Kate Chopin. Qu’une femme s’éveille à son intériorité et que sa condition d’épouse et de mère ne lui suffisent pas, voilà qui est inacceptable ! Lisez Kate Chopin, la femme curieuse et intelligente dont on voulait empêcher l’éveil.
“De très bonne heure elle avait appréhendé instinctivement la dualité de la vie : la vie extérieure où l’on s’adapte, la vie intérieure où l’on s’interroge.”

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

José ENSCH, poète

Une poésie puissante et lointaine. Comme le sont les photographies. Pour moi, un côtoiement parfait.
Lire la suite

Mes belges

Quand on va d'un belge à l'autre, des écrivains avec des noms difficiles aux peintres, sans oublier les musiciens. Du beau monde !