Vivre LIVRE

Une pluie de livres à boire…
[tg_youtube width=”” height=”” video_id=”YD6bsHfXwIk”]

Excusez la chanson triste mais c’est si beau, non ?

Avec les ami(e)s, on parle livres, bien sûr. Et parce qu’elles sont généreuses, partageuses, passeuses, elles disent : ” Et ça ? Quoi ? Tu ne l’as pas lu ? ” et vous, qui n’avez pas tout lu – et heureusement, que de découvertes en perspective ! – vous dites que non, ça non, vous ne connaissez pas.

Alors en plus des 4 ou 5 que vous venez d’emprunter à la bibliothèque, vous avez 4 ou 5 livres prêtés qui vous attendent sagement. Un par pièce de l’appartement : dans la chambre, les polars du soir que j’aime croustillants et bien tordus.

purge.jpg

Dans le salon, les ” difficiles ” : le Purge de Sofi OKSANEN qui n’en est pas une (de purge) mais si dur, quand même (coucou, Pascalounette)… et le foudroyant Une connaissance inutile de Charlotte DELBO ; d’elle, je n’avais lu ” que ” Aucun de nous ne reviendra dans la trilogie sur Auchwitz (salut, Madame Hélène). Dans mon bureau, ceux dont j’ai besoin pour écrire aux amis ou écrire les billets de blog. En ce moment, À la peinture de Rafael ALBERTI (Je crains le bleu car il me change en vert p.78) dont la 4ème de couv. est une ode au pinceau. Je vous en donne le trois derniers vers :

On voit briller en toi l’obstination.
Tu es la tige qui grandit sans terre.
À toi, svelte maçon de la Peinture.

Le livre est hélas introuvable.

Dans la pièce où je lis souvent l’après-midi (mais non, l’appart n’est pas si grand !), les plus faciles, les ” qui-tombent-des-mains-quand-on s’endort-dessus “, les découvertes dans le Domaine étranger de 10/18 avec les belles couvertures. Exemple : La Maison des sept sœurs de Elle EGGELS – tableau de Dick Ket :

Dik-Ket.jpg

Ce livre écrit au Mexique par une hollandaise est un conte où l’on traverse le destin de sept femmes, où les cadavres ne sont pas que dans les placards. Avec elles, on rit, rêve, mange et boit. Une petite merveille de sororité ! (Merci, D. A.)

D’autres m’attendent sur des coins de table, dans un sac à dos ou à main. Patience, patience, je ne peux pas lire plus de 3 livres à la fois.

Oui, l’été sera livre et entre les pages, du sable et du soleil, des larmes et des rires.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Et si on riait ?

Comme des idiots, comme des enfants fous, même si et surtout puisque  rien n’est drôle, au fond. Rire…

Bienvenüe ?

Côté chansons, on est servis : des dizaines et des dizaines de titres dont de respectables antiquités mais ma…

Naissance

  Pour les 3 ans du blog, je lui ai offert une petit sœur : une nouvelle catégorie…

Bruit blanc

   Hier, on finissait sur l’écriture blanche et aujourd’hui, j’entends l’expression Bruit Blanc et ça me plaît ! Et,…