Willa Cather, une rencontre

Willa Cather aimait beaucoup Yehudi Menuhin et dans ma mémoire cette somptueuse sonate d’Enescu que le frère et la sœur Menuhin jouent ensemble.

La vie est bizarre parfois : depuis une quinzaine de jours, j’ai l’idée de faire un billet sur Willa Cather qui est pour moi l’une des grandes dames de la lttérature américaine. J’admire chez elle la force paisible, la douceur et le légèreté, l’art de vous emmener très loin au dessus de vous-même. Pour écrire ce billet, je me documente donc et atterris sur un très joli texte de Matthieu Lindon. Extraits :

En cherchant un  livre, je tombe sur un autre – à quel lecteur, quel auteur n’est-ce jamais arrivé ? Pour vérifer un accord, je veux mettre la main sur une grammaire et je trouve un recueil de textes en anglais de Willa Cather acheté il y a des siècles dans une librairie new-yorkaise et que je n’ai jamais ouvert. J’adore les romans et nouvelles de cette Américaine qui me mettent les larmes aux yeux par la douceur et la générosité avec lesquelles ils racontent la sobre brutalité de l’affrontement avec la vie.[…]

Le  titre du premier texte est A Chance Meeting,  «  Une  rencontre  de  fortune  »  pourrais-je traduire  après  l’avoir  lu. Car la première phrase m’accroche sans avoir pourtant rien d’extraordinaire : Cela s’est passé à Aix-les-bains, un des endroits les plus agréables du monde. […]

J’adore  chez Willa Cather la bienveillance et la noblesse spontanées avec lesquelles ses  personnages pensent et agissent. Elle est le seul auteur que je connaisse, avec l’Autrichien Adalbert Stifter au XIXsiècle, dont les héros évoluent toujours au plus haut sans que la vraisemblance en soit jamais atteinte. Dans ma  lecture de sa  rencontre avec celle qui  s’appelle alors Caroline Franklin-Grout, [- nièce de Flaubert -] me bouleverse de voir en Willa Cather elle-même les vertus de ses personnages.Willa-Cather.jpg

Et puis aujourd’hui, j’apprends que Mathieu Lindon vient d’obtenir le Prix Médicis pour son texte Ce qu’aimer veut dire, texte où il évoque Willa Cather et sur lequel j’étais tombée dans mes recherches. Et j’en suis très contente, non pour Mathieu Lindon que je n’ai pas lu – mais dont j’aime déjà ” la digression, les associations, autour d’une idée, d’un mot, d’une sensation ” –  mais pour tous les gens qui le liront et rencontreront ainsi Willa Cather qui elle même rencontre la nièce de Flaubert. ” Hasards objectifs “, ” faits-glissades ” dit le site de l’éditeur du texte de Lindon,P.O.L.

Lisez Mon Antonia, lisez Destins obscurs, vous ne le regretterez pas ! Les pieds dans la terre, la tête dans les étoiles.

P.S. : Merci, Maria !

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Non mais…

Et voilà comment commence l’année, inventaire à la Prévert : – un blog chez un nouvel hébergeur, une petite…

Revenir

Pour Martin Un temps d’entre-deux, un temps où l’on flotte encore un peu, partagés entre l’être-là et l’autre…