J’m’embrouille

Quand la mémoire flanche… la mémoire des noms et des titres. On se console par la jubilation lorsqu’on retrouve !

Ô vieillesse ennemie ! Mais est-elle seule en cause ? Je crains qu’elle n’ait bon dos, la vieillesse. On oublie mais qu’oublie-t-on ?
Ses clefs de voiture chez la boulangère (retour piteux, genre ” oui oui, ça va ! “), ses lunettes au cours de gym, son écharpe chez l’ami(e). Ça, c’est pour la rubrique OBJETS. Ils sont méchants, on le sait !
L’oubli des DATES, de naissance pour l’anniversaire : les proches, ça va encore et puis heureusement, de plus en plus de gens ne veulent plus qu’on leur souhaite. Ça m’arrange. Certaines grandes dates de l’histoire sont restées, on ne sait pourquoi. D’autres complètement évaporées. Et d’autres enfin, jamais sues. J’aimerais parfois me souvenir des dates de naissance et de mort des compositeurs. Quant aux dates de commémoration de disparition des personnes, on ne peut oublier même si on voulait.
Mais il y a plus grave : c’est l’oubli des NOMS. Et ça empire jusqu’à devenir quasi pathologique !
Et sans distinction de catégorie socio-professionnelles : le pire, ce sont les prénoms des personnes que l’on côtoie occasionnellement, c’est tristement  indélicat. ” Euh bonjour… [Blanc gêné]… Vous allez bien ? ” Elle, connaît votre prénom, elle s’en souvient. Une valse de prénoms tourne dans votre tête : Bernadette ? non. Joëlle ? non. Florence ? non. À la fin, penaude, vous dites la vérité : ” Excusez moi : j’ai oublié votre prénom “.

Et puis, le nom de cet auteur : vous avez lu un livre, il y a deux semaines et, en plus, vous l’avez bien aimé. Bon, c’est une femme, un française, ça commence par un D, j’en suis sûre… Voyons voir, votre cerveau mouline à fond. Mais pourtant, je devrais le savoir, nom d’un chien ! Vite, retour au bouquin ou à la liseuse. OUF !

Et ceux des cinéastes ! C’est tellement rageant, on a vu plusieurs films de lui, on ne connaît que lui. On se souvient de l’acteur parce qu’on l’adule : Daniel Day-Lewis. On a tout dans la tête : les images, la voiture (une Bristol 405), les vêtements, on sait TOUT sauf le nom du metteur en scène ! L’on se souvient du titre parce que c’est une belle histoire.
Alors vite GOOOOOOOOOOGLE parce qu’on en peut plus. OUF ! Je laisse la question ouverte pour le film tout en mettant une photo. METTEUR EN SCÈNE  ? TITRE ?

Et c’est juste un exemple. Parce que c’est systématique : je ne me souviens de rien, d’aucun nom, d’aucun titre, d’aucun acteur ou alors par bribes : un visage, une histoire, un lieu mais je ne peux recoller les pièces du puzzle. C’est tout en désordre là-haut !

Je ne parle même pas des cinéastes coréens dont presque tous les films vous touchent : Bong Joo ho – Park Chan-wook – Kim Jee-woon et d’autres. Alors, savez-vous dire qui a réalisé quel film ? Juste pour savoir si je suis toute seule !
Faut-il que je consulte ?

Bien sûr que l’âge n’aide pas : le disque dur sature. De plus la mémoire ancienne a de beaux restes. Mais la mémoire récente…
Certes, l’âge mais ce n’est pas la seule raison. Il y a une certaine paresse induite par la facilité du recours à cette mémoire inépuisable d’Internet.

Et j’ai honte lorsque j’apprends que les geais cachent leur nourriture et sont capables de se souvenir de l’endroit et depuis quand. Ils peuvent estimer si la nourriture d’une cache risque d’être avariée, et choisissent alors une cache différente où se trouve la nourriture la plus récente.

Bref, je suis dépitée d’autant que j’ai une une énorme mémoire pour ce que j’ai vécu. Mais les NOMS, nom de nom !

Alors, elle, je l’adore ! Je ne risque pas de l’oublier !

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Perpète

Je mets la video car deezer ne veut pas me donner cette version et je ne veux que…
Lire la suite

Les changements

Les changements : pour un mieux, on se réjouit. Pour un pire - le plus souvent dit la pessimiste - on se lamente. Et pourtant, chaque minute en est emplie. Alors on tente de s'adapter. On y arrive sinon...