Ce que (ne) disent (pas) les images

Photo Philippe Pelletier – Bassin, 2005.
Du silence dans les photographies

Sans doute le voyage en Chine avec Marc Riboud m’a remis en mémoire de vieilles images, de mystérieuses, de lumineuses, visages et paysages : l’éloquence de certaines est étonnante, le silence d’autres est probant : FLORILÈGE

Photo Philippe Pelletier - Bassin, 2005.
Photo Philippe Pelletier – Bassin, 2005.

À vous de voir lesquelles parlent, lesquelles sont silencieuses, lesquelles parlent de silence.

Royan-fev-82.IMG.jpg
Saint-Palais février 198

J’ai des musiques pour chacune de ces images : musiques sans note sur la portée, musiques douces et inoubliables, de celles qui sont incrustées dans la tête, une bonne fois pour toutes. Et quand je parle de ” bonne fois ” , il n’y en eut qu’une (fois) : cet instant-là où nous étions présents sans doute, mais qui semble n’avoir jamais vraiment existé. Ou bien dans une vie antérieure. Ou encore dans un rêve. Alors, ces musiques ou ces sons plutôt vont avec l’irréalité, c’est de l’intangible, du suspendu, vagues et vent, voix perdues dans le lointain, respirations, souffle…

C’est étrange comme certaines photographies nous envoient la solitude en pleine figure, elles évoquent sans parler, elles disent l’absence de tout, elles sont un blanc.

 

P.S. : rajout du 26/02 : Jetez un œil ou cil au site de Philippe Pelletier : philippepierrepelletier.com

De nombreuses photos sur face de bouc aussi. Ce n’est pas de la pub ni du copinage : c’est un excellent photographe.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
8 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Adam, Nina et Paolo

Des artistes : pianiste, chanteuse-pianiste, acteurs Pour tous les goûts !
Lire la suite

Barbara Japon

Barbara et le butoh... la parentèle.
Lire la suite

hang to the HANG !

Dans une émission de télévision, on voit des musiciens étonnants...
Lire la suite

Vrac de septembre

Entendre Barbara Hannigan parler de Reinbert de Leeuw : une grande émotion. Laquelle appelle d'autres émotions dont cette Rêveuse de Monsieur de Sainte Colombe. S'en remet-on ?