C’est un film muet ?

Syngué Sabour, du silence au cinéma


Syngue.jpg

Cinéma. Le film commence. Lentement, en silence, le titre, une magnifique calligraphie bleue dont on nous dit qu’elle signifie Pierre de patience ; elle est signée Atiq Rahimi. Le film aussi tout comme le livre sorti en 2008. Sur l’écran, toujours en silence, passent les oiseaux bleus d’une tenture murale. Au moins deux minutes de silence total depuis que le film a démarré. Pas de musique, pas de voix off : RIEN.

Et tout à coup, non loin de moi, la voix affolée d’une femme qui dit à sa voisine : C’est un film muet ? On sent une profonde angoisse dans la question. Insupportable, ce silence.

Non, Madame, ce n’est pas un film muet, c’est un film sur la parole, la puissance du dire, l’éclatement du monde quand ceux – celles – qui sont privés de tout commencent à dire. Quand la seule issue est la folie.

Je ne parlerai pas du film Syngué Sabour, c’est un trop gros morceau pour moi. Juste vous dire d’y courrir, d’y aller avec vos ami(e)s, de regarder d’écouter l’actrice Golshifteh Faharani, d’attacher votre ceinture… Et c’est tout.

syngue2.jpg

À gauche, Atiq Rahimi.

P.S. : Le film est dédié à Nadia Anjuman poétesse afghane assassinée par son mari en 2005, alors qu’elle n’avait que 25 ans.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Cy

Oh s’il vous plaît, ne croyez pas que j’ai quelconque prétention à “faire la critique d’art”. Surtout pas…