Les traces incertaines de Georges Lemoine

Mozart pas au hasard : Georges Lemoine a illustré La Flûte enchantée et Don Juan (Éd. La Joie de Lire)

Pruplr-au-ciel.jpg_0003.jpgIl y a bien longtemps que mes yeux ont rencontré le monde de Georges Lemoine : ils en ont gardé la trace. Traces fines d’un monde flottant. Traces d’aquarelle et de silence, sa ” littérature en couleurs”.Pruplr-au-ciel.jpg_0002.jpgpeuple au ciel

Dessiner, illustrer, rêver en images, imaginer en douceur… et dessiner encore. Voilà ce que fait notre homme, pour les plus grands auteurs. Jugez plutôt : Claude Roy, JMG Le Clézio, Marguerite Yourcenar, Michel Tournier… On sent bien que son univers navigue dans l’enfance plus souvent imaginée que vécue, magnifiée toujours. C’est fin, léger et poétique.

Avant d’illustrer des textes, Lemoine est passé par l’affiche avec de très grands maîtres – Cadiou (Joconde)Cadiou.jpg et Jacno (souvenirs souvenirs)jacno

– puis d’excellents collègues André François :

là et là – ça vous parle ? –André François2 Andre-Francois.jpg

Et l’immense Massin dont je reparlerai qui le fait entrer chez Gallimard : nous sommes arrivés dans l’ère de la littérature jeunesse et il va l’enchanter.

Georges Lemoine, temps et espace suspendus, l’enfance encore.

Le batelier du Nil

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Blog à part

J’étais partie pour m’agiter dans la série J’aime pas  ou encore Mais qu’est-ce que ça m’énerve !  Je voulais vous…

Chopin copain

Mon adolescence a baigné dans la musique de Chopin. Dans ma chambre, c’était plutôt Nocturnes et Scherzos que Âge…