Océan

Gustave Courbet La vague
Des tempêtes verbales, sonores, visuelles.

“Vieil océan, ô grand célibataire, quand tu parcours la solitude solennelle de tes royaumes flegmatiques, tu t’enorgueillis à juste titre de ta magnificence native, et des éloges vrais que je m’empresse de te donner.”

Gustave Courbet La vague
Gustave Courbet La vague

“Oh ! quand tu t’avances, la crête haute et terrible, entouré de tes replis tortueux comme d’une cour, magnétiseur et farouche, roulant tes ondes les unes sur les autres […]”
Lautréamont – Les Chants de Maldoror

C’est beau comme l’antique !
J’y fus (à l’océan) et on sentait bien qu’il y avait eu du grabuge.

La grosse colère, l’immense déchaînement
Avec plein de cadavres de poissons
D’énormes bois flottés gisant haut, très haut sur la plage

De l’inhumain, du monstrueux, du sauvage

Et un immense espace lisse
Juste marqué des hiéroglyphes de pattes de bêtes
Entre le bord de l’eau                                                         
Et le début de la dune
Tout ce monde épuisé
La tempête est passée


Turner-Mer-dechainee.IMG.jpg“Au moins tu sais, toi, océan,
Qu’il est inutile
De rêver ta fin. ”
Eugène Guillevic

Turner Mer déchaînée

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

Les barques musicales

Quand les barques chantent... c'est toute l'eau qui chante avec. Elles chantent de toutes les couleurs, sur tous le tons, dans toutes les teintes.