L’une dit… L’autre répond – 2 Végétal

Après ceux du règne animal, les échanges continuent autour d’un autre règne : celui du végétal. Choix difficile dans les images… Mais du vif au mort, de l’arbre à l’herbe, tout nous inspire des mots.

Suite de la série ” dialogues au vent “, le règne végétal. Toutes les photos sont de Feggari Xouw : qu’elle en soit remerciée, sans fin.

Même si, un peu partout, les saisons sont devenues folles, le printemps avait été frais et pluvieux sur l’île. Alors, partout, couleurs, formes et odeurs sont au plus haut. Des plus petites fleurs aux très vénérables oliviers, c’est un festival : thym épineux du bord des routes, chardons immenses, violets bien sûr mais aussi jaunes – soleils -, coquelicots rouge sombre, genêts au parfum de miel et toutes celles dont je ne connais pas le nom.

La photo de Une est une immortelle : même parfum étrange que celle de nos dunes mais couleur très différente, aussi nommée Lavande des mers ou Fleur de papier. Elle est touchante par ses teintes délicates qui égaient tant le sol et les roches avoisinantes.

L’Olivier en hélice

Elle dit : Depuis combien de temps vrille-t-il ainsi ?
Je réponds : Lauriers et figuiers l’encouragent.

 

Sur la même dune que l’immortelle, le sentier qui nous mène à la mer nous donne tout !
Vous connaissez trop bien les lauriers pour que je vous montre les ” cartes postales ” que je ne peux m’empêcher de faire : ici, ils poussent dans des ravines où l’eau doit ruisseler à la saison. Si bien que les montagnes sont veinées de coulées roses, un peu comme sur la photo de l’olivier en vrille.

Lorsque le sable gagne sur la roche, nous tombons en arrêt devant ces modestes plumeaux.

Elle dit : Leur ombre est si fragile !
Je réponds : Ils écouvillonnent le sable.

 

Le tamaris mort

L’arbre poussait au bord de la mer. Les tempêtes printanières, l’érosion du talus, le vent ont eu raison de l’arbre. Il est à la renverse, racines à l’air, suspendu au-dessus de l’eau.

Elle dit : On voit bien les serpents. C’est Gorgone. C’est la Méduse.
Je réponds : De la terre, il ira à la mer.

 

OPTIMISME

Et si l’arbre brûle, reste la lumière – Αισιοδοξια, Κι αν το δεντρο καιγεται

Et si l’arbre brûle reste la cendre et la lumière
dans le désert les cactus prennent racine.
Si les sources se sont taries il pleuvra à nouveau
le jeune fils reviendra
à la maison abandonnée.
Sous la neige épaisse les graines veillent
à la frontière de la cour le vent mauvais s’épuise.
Et si nous sommes restés nus et entourés de loups
notre décision de nous battre reste intacte.

Dimitris Mortoyas, Traduction du grec Angélica Ionatos, Livret « Reste la lumière -ΜΕΝΕΙ ΤΟ ΦOΣ », 2015.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
10 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

JE par soi-même

Vu un documentaire fabuleux sur Rembrandt et il y était question, bien sûr, de la centaine d’autoportraits étonnants…