En grandes pompes

Chaussures de Charlot – Aurélien Lespinasse pour l’Huma
Les morts sont attachiants et la vie est belle

Évacuons tout de suite l’essentiel : de Jean Do, je n’ai rien lu si ce n’est le texte sur les cris des animaux qui est mignon. C’est grave, docteur ? Au vu de ce que j’ai lu ici et là, je pense que c’est suffisant. Un ami me dit : c’est un pervers ; il passe son temps à dire qu’il est nul en tout – ce qui est peut-être vrai, je n’en sais rien – mais avec une élégance totale ! Il est nul avec classe et le dit avec un raffinement parfait.

Un autre ami m’écrit : ” 60 000 personnes pour l’enterrement de Johnny, un chien pour Mozart…” On en rit…
Pour les gens arrivés la veille de l’enterrement de ” l’idole des jeunes “, une distribution de couvertures de survie est organisée ; je me demande si quelques sans abris, vous savez, ceux que l’on empêche par d’élégants moyens de trouver des refuges, ne se sont pas glissés dans la foule pour profiter de l’aubaine. Sont gonflés, quand même ! Je me demande aussi si je suis normale : des personnes que j’aime beaucoup beaucoup, dont je partage les goûts musicaux semblent touchées par cette mort. Elvis était son modèle ? Je n’aime pas Elvis. Ce que je n’aime pas – et je l’ai déjà dit – c’est le plagiat et la distorsion jamais reconnus d’une autre musique. Une musique dont les représentants crevaient souvent la dalle !
J’ai toujours trouvé cet homme assez laid, avec des goûts de chiottes (les vestes à franges, tabernacle !), pas très sympathique. C’est mon problème. On me dit qu’il était gentil. Important, la gentillesse. C’est souvent ce qu’on dit des idiots, non ? Il vaut mieux être crétin et gentil que… etc. Mais soixante mille personnes pour aller crier leur détresse, quelque chose m’échappe. Et ne me dites pas que je suis élitiste. J’aime la chanson populaire (sauf Michel Sardou).
Je pense à cette phrase que ma mémoire vacillante attribue à Michel Bouquet, lequel est très triste parce qu’il vient de perdre son chien ” C’était un brave homme “. J’ai envie de dire de Jean-Philippe Smet : ” C’était une brave bête “. Ce n’est pas méchant, au contraire. Son amour des chiens me le rend un peu attachant, attachiant disait une copine, tant qu’à faire, allons jusqu’à attachien. C’est là, je pense, notre seul point commun.

J’ai entendu une pépite : j’espère tant que vous aimerez ! Oui, la vie est belle !

Photo de Une : les chaussures de Charlot – Aurélien Lespinasse pour l’Huma

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
9 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer
Lire la suite

J’m’embrouille

Quand la mémoire flanche... la mémoire des noms et des titres. On se console par la jubilation lorsqu'on retrouve !
Lire la suite

Les marchands de consolation

Quand on fulmine contre les marchands de bonheur, contre le " bien-être " obligatoire, contre l'anesthésie de la pensée par des outils-pansements très lucratifs !
Lire la suite

La Rabia

Les mauvaises raisons des colères stupides : quelle perte de temps ! En plus, c'est mauvais pour la santé...
Lire la suite

R.A.S.

Il y a des jours comme ça... on a envie de se plaindre. C'est moche mais ça soulage.