C’est beau, ça ne sert à rien

Des étourneaux et des musiciens : seuls ensemble

Vu et revu ça cent fois, c’est fascinant ! Une abstraite chorégraphie, des dessins mystérieux. Une apparente incohérence pour une cohésion parfaite. Tout de suite pensé à un immense orchestre qui doit tout à la fois jouer ensemble et ne pas se cogner, les uns à côté des autres, pas la même partoche mais ensemble. Comme nous tous.

Ce qui se passe derrière les yeux fermés des musiciens, dans l’entrelacs de leurs sons. Le jeune Joshua Bell (violon) à l’écoute de la poussée interne, le magnifique Hemming Kraggerud (violon), la Martha Argerich (piano, of course), impérieuse, impériale, sa tignasse semblable à celle de son compère Mischa Maïsky (violoncelle), Yuri Bashmet à l’alto si concentré. Tous si intérieurs et offerts.

https://www.youtube.com/watch?v=HP1WFiNCCZU
Ce qui se passe, c’est peut-être une rencontre ET une solitude. Une fusion ET une séparation. Une unique union. Voler ensemble. Jouer ensemble. Barbares et raffinés.

C’est magnifique parce que c’est inutile.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer