Co-naître – s’avoir

Allez, vous prendrez bien un petit Dollar Brand, faut qu’ça swingue !
Et ici, Le Baiser de Rodin
xl_vr274-affiche-art-auguste-rodin-le-baiser.jpgQuand, dans la bible, il est dit ils se connurent, on sait bien que la rencontre fut charnelle. Et c’est bien ça : connaître, c’est naître à l’autre, et c’est l’autre qui vous naît. Et une connaissance se construit comme un enfant qui naît. La construction de la connaissance comme construction de la vie. On pourrait dire aussi conn-être. Quand on est né, on est, on vient au monde.
bebe.jpg

Quand on en part, on perd connaissance.

Le savoir c’est la saveur, sapere c’est avoir de la saveur et cela devient savoir. On acquiert un savoir. On pourrait dire aussi s’avoir, avoir soi. Et puis quand on dit ” Je sais, je sais… ” on entend bien par dessous “Je sais bien mais quand même ” avec la petite résistance qui empêche de danser en cadence. Une croyance peut survivre au démenti de l’expérience.* Et ça, ça ne marche pas avec connaissance.

Avec la connaissance, on est dans l’ÊTRE et avec le savoir dans l’AVOIR. Enfin, je perçois ça dans ces mots difficiles, j’entends par petites touches, l’esprit à tâtons, toute une approche de la vie même.

*Octave Mannoni

P.S. : Même si le rapprochement de (connaître) “co-naître” avec “naître avec” est tentant, cela demeure un simple jeu de mot. Jouons avec les mots, ils se jouent tellement de nous.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Plum’

Et pour lutter contre les kilos de plomb novembresques, quelques histoires de kilos de plumes. La plume de…