Enfance toujours

 

À Nana

 

 

 

 

Je convoque l’enfance…

Elle rutile toujours.

Elle a des ailes et des épines.

Elle rutile et clame sa présence.

Je l’appelle à la barre

et la mets en demeure

d’incendier nos mémoires.

 

Je convoque l’enfance,

ses cerises aux oreilles,

ses oreillers en plumes,

son piano, ses jeudis,

sa tiédeur et ses livres.

 

Mais parfois elle amène

ses blessures et ses fouets,

ses peurs éclatantes,

ses scorpions chorégraphes

et ses cactus géants.

 

Malgré sa barbarie,

je convoque l’enfance.

Elle vient, avec ses cicatrices roses,

d’on ne sait quelle terre

improbable et frémissante,

précédée de la poussière pâle des tamaris.

 

Puis elle s’en retourne,

déposant son incroyable legs

dans mes bras incrédules.

 

 

 

6 décembre 1997

 

 

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
5 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

Éclats de Novembre

B. Britten Moonlight un des quatre Sea Interludes. Ce compositeur dont l’âme est d’ailleurs. L’autre matin, c’était comme ça…