Graphophile

– Qu’est-ce que vous faites ?

– J’écris

– Ben, moi aussi, j’écris, pour les vœux, à ma fille qui est à New-York, des cartes postales quand je voyage…

– Non, non, moi j’écris…

– Ah, vous êtes écrivain ?

– Non, j’écris.

Voilà une histoire fascinante : l’aventure de l’écriture ! La polysémie du mot induit bien la complexité de l’acte. Désir ou nécessité de la trace… Une Histoire sans fin.

J’ai souvenir d’être restée médusée devant la beauté d’un boustrophédon de l’île de Pâques sur une tablette rongorongoart114.jpg !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce mot vient du grec βουστροφηδόν boustrophêdón, de βοῦς boũs « bœuf » et στροφή strophế « action de tourner » car l’écriture ressemblait au labourage d’un bœuf qui arrivant au bout du champ fait demi-tour pour ouvrir le prochain sillon. Ce qui veut dire que la deuxième ligne – si l’on part de la gauche pour la 1ère – est forcément écrite en miroir ou écriture spéculaire, vous savez, celle qu’employait Léonard de Vinci pour planquer certaines de ses trouvailles (en réalité parce qu’il était gaucher et très ambidextre). À ce propos, toujours pas déchiffrée, l’écriture pascuane et j’aime que ce mystère reste encore inviolé !

Bon, il y a tant à dire… et j’en suis  déjà à l’écriture spéculaire de Da Vinci !K626_Requiem_Dies_Irae.jpg

Je n’ai parlé ni des scribes, ni des superbes écritures enluminées du Moyen-Âge, ni de l’invention des belles polices de caractères, ni du stylo Sheaffer de mon père… et j’ai déjà envie de parler de l’écriture de la musique ; et de mon émotion quand je vois des autographes de mes musiciens aimés. Ci contre le Dies irae du Requiem de Mozart

Sont-ce les plumes qui m’ont amenée sur le chemin de l’écriture ? Et comme je regrette, bien que participant à cette disparition, de ne plus trouver dans la boîte aux lettres – ou si rarement et qu’ils soient ici remerciés – ces enveloppes portant les écritures si reconnaissables des ami(e)s. Elles sont si différentes, des rondes voire joufflues aux petits vermicelles tout crispés, des très larges qui se vautrent aux très hautes, dont les jambages se perdent dans la ligne de dessous et du dessus, des élégantes dansantes aux douloureuses : diversité infinie des graphies, infinie diversité des personnalités.

0 Shares:
Choisissez de suivre tous les commentaires ou seulement les réponses à vos commentaires
Notification
guest
6 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Vous pourriez aussi aimer

L’effet fête

Fêtophobes de tous les pays, unissez vous ! Les ” fêtes “, comme on dit, se faisaient menaçantes Mais…
Lire la suite

Billet geignard

Billet où l'on s'autorise à exposer ses motifs de tristesse, où l'on se lamente, où l'on geint. Et encore on ne dit pas tout...