L’érosion éclairante de Thierry Metz