Marguerite D. et Malcolm L. ou l’écriture (l)ivre